Les pâquerettes, autrement appelées “Bellis perennis” sont souvent les premières fleurs sauvages qui sortent de terre dès le printemps. Certains les voient comme des mauvaises plantes, d’autres pensent que se sont de simples fleurs. Pourtant, ces simples fleurs possèdent des propriétés particulièrement intéressantes. Voici quelques pistes.

Découvrez les vertus de vos pâquerettes

Cette plante trouvera sa place dans vos tisanes, votre salle de bain, mais aussi dans votre assiette. Trois bonnes raisons de s’y intéresser encore plus.

Les bienfaits du gargarisme aux fleurs de pâquerettes

Sylvie Hampikian, dans son livre Balade médicinale au fil des saisons donne cette astuce. Son gargarisme soulagement votre enrouement, un début de gingivite ou une irritation de la gorge.

Préparez votre gargarisme avec 7-8 g de pâquerettes et 25 cl d’eau (le mode d’emploi est dans le livre). Prenez une gorgée de votre préparation, penchez votre tête en arrière, faites vibrez votre larynx puis recracher votre texture. Ensuite, recommencer l’opération jusqu’à épuisement de la préparation. Ce remède se consommera 2 fois par jour pendant quelques jours.
Vous trouverez son livre chez votre libraire ou encore chez Amazon*, Cultura , Fnac* et Rakuten*.

La magie des tisanes de pâquerettes

A travers des infusions, la pâquerette traitera certains de vos maux de santé. En éliminant certaines toxines et des résidus métaboliques produits par l’infection, vous aiderez votre corps à lutter contre divers maux : bronchite, constipation, catarrhe, grippe ou encore laryngite. En effet, en tonifiant votre organisme, la pâquerette facilitera votre sudation (pour éliminer les toxines) et drainera votre organisme.

Attention ! J’ai bien écrit « aiderez votre corps », pas « soignerez ». N’étant pas diplômée en médecine, je vous recommanderai toujours de consulter votre médecin traitant si vous avez le moindre doute ou si vous avez un soin.

Pour soulager une constipation, infusez, pendant 10 min, 3 à 4 pâquerettes fraîches dans 25 cl d’eau. Dans la mesure du possible, buvez au maximum 3 tasses, et ce, entre les repas. Aussi, par précaution, n’excédez pas 7 jours de tisane.

Pour soulager un trouble respiratoire ou un début de bronchite, 5 g de pâquerettes séchées ou 8 g de fleurs fraîches dans 25 cl d’eau. Ne dépassez pas 2-3 tasses par jour.

Si possible, séchez vos plantes. Je donne quelques astuces dans cet article.

La pâquerette en cuisine

Boutons, feuilles et pétales de cette plante se cuisinent. Je trouve que les boutons ont le goût de céléri branche. Je suis encore novice dans la cuisine des plantes «sauvages» donc je me contente de l’ajouter à mes salades. Je sais toutefois qu’on peut en faire de la purée ou réaliser un vin de fleurs. Si vous connaissez un livre ou un site fournissant des recettes, faites-moi signe 😉 .

Bonus, il parait que les feuilles fraîches mâchées guérissent les aphtes. Tentez, au mieux ça marche, au pire vous aurez mangé une feuille différente que la salade.

Profitez des vertus de vos pâquerettes

Les bienfaits d’un macérât de pâquerettes

La meilleure façon de profiter de vos pâquerettes sera à travers un macérât. Cette préparation est assez simple à réaliser et les usages sont multiples. Tentez de récolter ces fleurs en pleine journée ensoleillée afin que vos boutons soient le moins d’humide possible.

Ce produit soignera quelques-uns de vos maux presque aussi bien que l’arnica. Voici la liste d’utilisation :

Cosmétique :

  • Agit sur l’élasticité de la peau en l’assouplissant et l’hydratant en profondeur
  • Embellirait les décolletés (je ne valide pas encore l’information)
  • Massage tonifiant des peaux fatiguées
  • Raffermirait la peau (je ne valide pas encore l’information)
  • Vertus antioxydant et anti-âge

Maux de santé :

  • Apaiser et répare les tissus enflammés et abîmé
  • Soulage les bosses et ecchymoses
  • Soulage les courbatures et les premiers maux musculaires
  • Souple les jambes lourdes
  • Soulage les premiers signes d’arthroses

Recette d’un macérât de pâquerettes

Pour préparer votre macérât, vous aurez besoin d’environ 30 g de boutons de fleurs sèches ou fraiches (et égouttées)

+ 125 ml d’une des huiles végétales ci-dessous. L’une ou l’autre, elle devra être pressée à froid… et si possible assemblée mais surtout produite en France pour être “vraiment bio :

  • huile végétale monoinsaturée (amandes, arachide, olive, noisette)
  • huile végétale saturée (beurre clarifié, saindoux, beurre de cacao, huile de coco).
  • huile végétale polysaturées (colza, blé, tournesol, soja ou noix). Si vous optez pour cette huile, ajoutez 6 à 8 gouttes d’huiles essentielles antioxydant (comme l’HE de romarin).

Pour ma part, je suis adepte de la “macération simple”. Voici ma méthode :

Placez vos fleurs dans un bocal en verre et versez l’huile « à hauteur » : toutes les fleurs doivent être recouvertes. Ensuite, attachez un tissu sur le couvercle (c’est peut-être aussi l’occasion d’utiliser l’une de vos vieux filtres à café usagé…mais lavé). Ainsi, toute forme d’humidité s’évacuera de votre produit pendant qu’il se transformera.

Ensuite, recouvrez votre bocal d’une feuille (j’en profite pour recycler mes enveloppes utilisées) et placez-le au soleil (comme un rebord de fenêtre) pendant environ 21 jours. Avant j’exposais mes bocaux directement au soleil sans protection, mais il parait que c’est mauvais donc, par précaution, je ne le fais plus.

Passé ce délai, filtrez votre mélange, au dessus d’un bol, à l’aide d’un chinois ou d’un vieux filtres à café. Patientez 24 heures puis retirez l’éventuelle pellicule d’eau visible dans votre bol.

Enfin, stockez votre huile dans un petit flacon en verre que vous stockerez à l’ombre. L’idéal serait d’avoir des mini bouteilles en verre opaque. Collez une étiquette pour identifier votre produit ainsi que la date de fabrication.

Les fleurs usagées rejoindront votre compost.

Gardez votre flacon maximum un semestre (quoi que vous devriez le finir rapidement) mais jetez le produit si l’odeur ou la texture vous semblent “suspects” avec le temps.

Précaution d’emploi

Par précaution, appliquez votre macérât sur une peau nettoyée et/ou désinfectée, surtout s’il s’agit d’une plaie. Aussi, ne vous exposez pas au soleil après son application… à moins d’être adepte des coups de soleil.

Où trouver ses soins cosmétiques à base de carotte ?

Trop pressé(e)? Pas le temps de préparer son soin?

Les plus pressé(e)s auront toujours le Macérat huileux de pâquerette De Saint Hilaire ainsi que celui de Herbiolys. Tous deux sont des marques Slow Cosmétiques.

Cet article vous a plu ? Recevez les prochains via ma newsletter et suivez-moi sur Instagram ou Facebook. Ce site me demande beaucoup de travail, soutenez-moi à travers mes liens d'affiliations ou mes cagnottes participatives Tipeee et Paypal.


LeBlogBIo Zero Dechet

Avec Leblogbio.fr, adoptez ou découvrez une vie bio, saine, dans une démarche zéro déchet, 100% astuces. leblogbio.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le contenu sur leblogbio.fr relève de la législation française et internationale sur le droit d’auteur et la propriété intellectuelle. Sauf accord explicite, il est interdit de réutiliser ou de reproduire le contenu du site, incluant les textes, le design, les photos ou autres ressources iconographiques qui restent la propriété de l’auteur.