La cerise est un fruit 100% zéro déchet. Tout s’utilise : le fruit, la tige, le noyau, et même les feuilles ! Je vous propose mes quelques astuces antigaspi autour de ce fruit plein de saveurs et de surprises. 

Ces noyaux de cerise zéro déchet

Il y a tant à dire concernant les utilisations zéro déchet autour de la cerise que je vous propose, dans un premier temps, de découvrir mes astuces avec les noyaux et, dans un autre article, les feuilles et les queues de cerise. Vous le découvrirez en cliquant ici.

D’ici là, je vous invite à conserver vos feuilles et queues de cerise en les séchant. A défaut d’avoir un déshydrateur (voir exemple chez Amazon, Cdiscount, Darty , Fnac et Nature&Decouvertes) utilisez ma méthode « papier kraft » disponible via ce lien. Toutefois, avec un déshydrateur, vous sécherez aussi vos cerises pour mieux en profiter toute l’année. Dès que possible, je vous détaillerai les avantages de cet appareil.

Aussi, n’étant pas diplômée en médecine, je vous encourage à demander l’avis de votre médecin si nécessaire.

Les bienfaits cosmétiques des noyaux de cerises

Une fois broyés (assurez-vous d’avoir un broyeur résistant), les noyaux de cerise seront l’allié cosmétique des peaux sensibles et ternes (peau grasse, s’abstenir).

Riche en acides gras et insaponifiables, l’huile que vous en obtiendrez stimulera votre régénération cellulaire, ravivera votre teint et régulera l’hydratation de votre peau. Pour l’obtenir, pressez et filtrez au maximum votre mélange. Vous n’avez ni le temps ni la patience pour cela ? Profitez de l’huile de cerise de Lorraine que vous trouverez chez SlowCosmétique ou chez ZoEssentiels, l’eboutique zéro déchet qui met en valeur les entreprises françaises.  

Je sais que certains mélangent ces mêmes noyaux broyés avec du miel afin d’obtenir un gommage aux vertus exfoliantes.

Enfin, les apprentis chimistes râperont les noyaux afin d’obtenir une poudre qui finira dans leurs savons fait maison.  

Des économies d’eau avec les noyaux de cerise

Vous avez des bacs à fleurs ou jardinières ? Génial ! Vos noyaux de cerises remplaceront vos billes d’argile, absorberont mieux l’eau… pour mieux la redistribuer à vos plantes quand elles en auront besoin.

A condition d’en avoir beaucoup, ces mêmes noyaux recouvriront aussi vos parterres de jardin. Ainsi, vos plantes auront toujours une réserve d’eau et vous réduirez vos ateliers de désherbage par la même occasion. 

Des breuvages avec des noyaux de cerise ?

Plus que jamais, c’est l’occasion pour moi de vous rappeler que le noyau de cerise contient du cyanure d’hydrogène. Celui-ci est dangereux à forte dose.

A ce jour, je connais deux boissons maison à base de noyaux de cerise et votre mixeur sera de la partie.

Pour le sirop de noyaux, broyez grossièrement vos noyaux puis mettez-les de côté environ 36 heures. Ensuite, filtrez votre mélange pour ne récupérer que le liquide et pesez ce dernier. Vous y ajouterez le sucre (retenez 30g de sucre pour 50g de jus de noyaux) et, dans une grande casserole, ferez bouillir cette préparation à 4 reprises. Enfin, après l’avoir filtré une dernière fois, vous stockerez votre sirop dans une bouteille et en profiterez quand bon vous semblera.

Connaissez-vous le kirsch ? C’est à base de noyau de cerise. Pour réaliser votre boisson maison, versez dans votre bouteille vos noyaux de cerise, quelques queues de cerises, feuilles de cerisier et vos chairs de cerises “fatiguées”. Les dosages varient tellement d’une recette à l’autre que je préfère vous laisser évaluer vos propres quantités. Ensuite, remplissez votre bouteille d’alcool d’eau-de-vie et stockez là à l’ombre pendant 4 mois. Après tout ce temps, filtrez votre préparation et… buvez.

L’incontournable bouillotte magique !

La bouillotte aux noyaux de cerises est vraiment magique ! Ces petites billes emmagasinent incroyablement vite la chaleur comme le froid et les restituent durablement.

Chauffés, les noyaux vous réchaufferont ou soulageront vos maux de ventre.

Refroidis, ils soulageront une douleur musculaire. Pour y parvenir, placez votre bouillotte de noyaux de cerises 2 heures au congélateur.

A température ambiante, votre bouillote se transformera en un coussinet massant. Dans votre canapé ou lorsque vous voyagez, votre nuque l’adorera.

Comment réaliser sa bouillotte ?

Côté couture, je ne vous serai d’aucune aide si ce n’est en vous encourageant à transformer vos vieux tissus en coussin maison ou à vous rapprocher de couture fait main que vous trouverez notamment chez DeBulleenBulle (je connais déjà la qualité de son travail via ses emballages à sandwichs) ou d’autres créatrices chez Etsy. Pour ma part, j’utilise l’un de mes pochons grande taille de fleurdeLaine, même s’il est habituellement réservé aux emballages cadeaux.

Le cas échéant, ces liens Amazon, Cdiscount et Nature&Découvertes vous aideront.

Côté noyaux, voici mon astuce. Tout d’abord, trempez vos noyaux dans de l’eau (privilégiez l’eau de pluie pour plus d’économies). Frottez-les au maximum entre vos mains pour retirer tout morceau de chair. Ensuite, faites-les bouillir quelques minutes avec un filet de vinaigre pour les nettoyer. Enfin, séchez-les au soleil, au four ou au déshydrateur avant de les enfourner dans votre bouillotte.

Vous aimerez aussi :

Mon dernier article : Utilisez les feuilles et queues de cerises

Cet article vous a plu ? Recevez les prochains via ma newsletter et suivez-moi sur Instagram ou Facebook. Ce site me demande beaucoup de travail, soutenez-moi à travers mes liens d'affiliations ou mes cagnottes participatives Tipeee et Paypal.


LeBlogBIo Zero Dechet

Avec Leblogbio.fr, adoptez ou découvrez une vie bio, saine, dans une démarche zéro déchet, 100% astuces. leblogbio.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le contenu sur leblogbio.fr relève de la législation française et internationale sur le droit d’auteur et la propriété intellectuelle. Sauf accord explicite, il est interdit de réutiliser ou de reproduire le contenu du site, incluant les textes, le design, les photos ou autres ressources iconographiques qui restent la propriété de l’auteur.