Découvrez comment, tout au long de l’année, vous pouvez récolter, utiliser et stocker le romarin. Vous profiterez ainsi au mieux de tous ses bienfaits.

Récolter le romarin

Le romarin peut se récolter tout l’année, hors période de gel. Coupez quelques branches le soir ou à la rose du matin afin de ne pas le “stresser”. Préférez les jeunes rameaux car ils sont beaucoup plus parfumés.

Conserver le romarin frais

Enveloppez vos tiges dans un linge légèrement humide environ une semaine au réfrigérateur.
Trempez vos tiges dans un grand verre d’eau environ 10 jours à température ambiance dans la cuisine, idéalement loin des rayons du soleil

Congeler le romarin

Ciselez finement les feuilles puis remplissez environ de moitié chacun des cubes d’un bac à glaçons avant de les recouvrir d’eau ou d’huile. Vous pourrez démouler les glaçons au bout d’environ 12 heures et rassemblez chaque types d’herbes dans un même sachet ou une même boite allant au congélateur.

Les cubes d’huiles s’avèrent très efficaces car l’huile empêchera le froid de brûler vos plantes mais aussi de les oxyder. Vous obtiendrez aussi des bouillons d’avance, ce qui est toujours pratique. Il vous suffira de couper la portion souhaitée à l’aide d’un couteau à pain. Les cubes d’eau s’utilisent habituellement dans les soupes ou les sauces, voir des cocktails.

Sinon, ciselez ou conservez les tiges intactes sur du papier sulfurisé environ 1h, le temps de les figer puis placez-les dans des sachets de congélation. Lorsque vous souhaiterez les utiliser, vous n’aurez plus qu’à sortir du congélateur la quantité souhaitée. La couleur de certaines herbes peut changer au contact du froid mais cela n’alterne pas le goût.

Ces deux méthodes s’appliquent pour d’autres plantes aromatiques.

Sécher le romarin

La méthode la plus naturelle et économe pour conserver le romarin serait de le sécher à l’air libre.

Sécher le romarin

Coupez les tiges et attachez-les par petits bouquets, tête en bas. Voici l’occasion d’utiliser vos morceaux de ficelle, vieux lacets, élastiques du marché ou autre objet permettant de tenir vos tiges en suspension. Séchez-les quelques jours à l’ombre mais aussi à l’air libre par temps sec et chaud. Ces conditions sont essentielles afin que la plante sèche dans de bonne condition.

Pour protéger la plante de la lumière, placez les tiges dans un sac kraft et placez ce dernier dans une pièce aérée.

Vos plantes seront tout à fait sèches lorsqu’elles se réduiront facilement en petits morceaux dans vos mains.

Ces étapes réussies, stockez dans des boites hermétiques avec le moins d’air possible (ou dans un sac de congélation) dans une pièce à température ambiance.

La troisième méthode est plus rapide et recommandée par la grande majorité des herboristes : utilisez un déshydratateur.

Ces trois méthodes s’appliquent pour d’autres plantes aromatiques.

Si la météo ne vous permet pas de sécher vos plantes à l’air libre, retrouvez mes astuces pour sécher vos plantes malgré tout.

Cet article vous a plu ? Recevez les prochains via ma newsletter et suivez-moi sur Instagram ou Facebook. Ce site me demande beaucoup de travail, soutenez-moi à travers mes liens d'affiliations ou mes cagnottes participatives Tipeee et Paypal.


Le Blog Bio - Zéro Déchet

Avec Leblogbio.fr, adoptez ou découvrez une vie bio, saine, dans une démarche zéro déchet, 100% astuces. leblogbio.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le contenu sur leblogbio.fr relève de la législation française et internationale sur le droit d’auteur et la propriété intellectuelle. Sauf accord explicite, il est interdit de réutiliser ou de reproduire le contenu du site, incluant les textes, le design, les photos ou autres ressources iconographiques qui restent la propriété de l’auteur.